Ploërmel 2014 – Chronique de la Mariapolis / Premier jour

Samedi 26 juillet. Depuis 2 ou 3 jours, le Lycée de la Touche à Ploërmel est en grande activité, comme dans une fourmilière ; aboutissement de longs mois de préparatifs à Nantes et dans les régions, où ont été mûries et peaufinées les différentes parties du programme. En quelques heures, les morceaux du puzzle ont été assemblés, et nous voici arrivés à l’ouverture de la Mariapolis. « Quand l’amour devient réciproque » est le thème de cette première journée, pour les adultes ! Les enfants vont, eux, participer tous ces jours-ci à la « Coupe du monde uni » – dont nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles. Impossible, vous le comprendrez aisément, de vous retracer la journée dans tous ses développements. Après le touchant témoignage de personnes venues en famille à la Mariapolis l’année dernière, Thérèse nous donne quelques pistes pour « partir à la rencontre de l’autre » à partir de l’épisode de Chiara avec le prêtre lui déclarant : « Dieu vous aime immensément. » Défi de vivre tous ensemble l’amour fraternel (Médit comme toi-même). Grande Manif’raternité (=grand jeu) tous ensemble l’après-midi, emmenée avec brio par Anne-Sophie et Jérémie ; occasion de vivre entre générations ce que nous sommes proposé le matin. Pour ceux qui sont encore en forme le soir, « Bonne nuit les petits »… et deux conférence de qualité par des spécialistes des inondations de l’Esprit : « Michel Pochet »pour l’art et Luigino Bruni venu tout spécialement d’Italie pour nous faire entrer dans le thème du livre tout frais paru à Nouvelle Cité : « La blessure de la rencontre. » A découvrir. Nous vous donnerons demain quelques statistiques concernant les participants à la Mariapolis et d’autres nouvelles. IMG_9566

« Comme toi-même » Chaque parole de Dieu est le minimum et le maximum qu’il te demande. Quand tu lis : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Mt 19,19), tu as la mesure maximale de la loi d’amour fraternel. Le prochain est un autre toi-même et, comme tel, tu dois l’aimer. S’il pleure, tu pleureras avec lui et s’il rit, avec lui tu riras. S’il ne sait pas, tu te feras ignorant avec lui et, s’il a perdu son père, tu t’identifieras à sa souffrance. Lui et toi, vous êtes deux membres du Christ et, que souffre l’un ou l’autre, c’est la même chose pour toi. Car ce qui compte pour toi c’est Dieu, qui est votre Père à tous deux. Et ne cherche pas d’excuses à l’amour. Le prochain est quiconque passe près de toi, riche ou pauvre, beau ou laid, ignorant ou savant, saint ou pécheur, compatriote ou étranger, prêtre ou laïc, quel qu’il soit. Essaie d’aimer celui qui t’est proche dans l’instant présent de ta vie, et tu découvriras en toi des forces nouvelles, insoupçonnées. elles donneront saveur à ta vie et répondront à tes mille questions.

Chiara Lubich, Pensée et spiritualité, p.124

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *