Le fils prodigue (Ritornando)

Gen Verde

Que lui dirais-je si je rentre comme ça
Seul comme un chien dans les ruines d’une vie que j’ai détruite
Accablé par les regrets je n’ai que ce que je mérite
Pourquoi tout ça ? J’aimerais tellement rentrer chez moi

Qu’est-ce qu’il dira en me voyant ainsi ?
Tant d’espoirs que j’ai trahis depuis le jour où je suis parti
Perdu affamé aujourd’hui devant sa porte me voici
Comme un mendiant qui attend les coups qui supplie

Je n’ai ni le temps de parler ni de me jeter à ses pieds
Qu’il court à ma rencontre et de loin je l’entends crier
Je t’ai attendu si longtemps tes douleurs faisaient mon tourment
Malgré la boue et le sang tu es mon enfant
J’ai tant prié tant espéré la nuit le jour pour ton retour
Cette lumière à la fenêtre brillait pour toi

Que devrais-je dire d’un amour si puissant
Qui purifie tes sentiments change ton cœur le rend innocent
Grand comme tu l’as jamais rêvé cet amour démesuré
Qui te cherche quand tous les autres se sont cassés
Que devrais-je dire d’un amour si puissant
Brisant des siècles de glace une étreinte et tout s’efface
Brise légère qui caresse souffle infini de tendresse
Et pardonnant son amour est encore plus grand

Je n’ai ni le temps de parler ni de me jeter à ses pieds
Qu’il court à ma rencontre et de loin je l’entends crier
Je t’ai attendu si longtemps tes douleurs faisaient mon tourment
Malgré la boue et le sang tu es mon enfant
J’ai tant prié tant espéré la nuit le jour pour ton retour
Cette lumière à la fenêtre brillait pour toi

Fin : c’est un jour de fête aujourd’hui
Tu es toujours chez toi ici

One Response to Le fils prodigue (Ritornando)

  1. Hanon dit :

    Simplement très beau, et effectivement: « que devrais-je dire d’un amour si puissant »?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *