Ploermel 2017

Mariapolis Ploermel : J5

Et voilà, la Mariapolis s’envole,  les Mariapolites s’ouvrent à la dimension du monde

Mariapolis Ploermel : J4

Cette journée était placée sous le signe du dialogue… Dialoguer c’est avant tout savoir écouter, tous.

C’est au pape François qu’est revenu le rôle d’enseigner les Mariapolites : « Cultiver l’habitude d’accorder une réelle importance à l’autre. Il s’agit de valoriser sa personne, de reconnaître qu’il a le droit d’exister, de penser de manière autonome et d’être heureux. Il ne faut jamais sous-estimer l’importance de ce qu’il dit ou demande, bien qu’il soit nécessaire d’exprimer son propre point de vue. La conviction que chacun a quelque chose à apporter est ici sous-jacente, parce que chacun a une expérience différente de la vie, parce que chacun regarde d’un point de vue différent, a des inquiétudes différentes et a des aptitudes ainsi que des intuitions différentes. » (1)

Mariapolis de Ploermel : J3

 Une balade, grande ou petite, pour faire connaissance, pour mieux se connaitre et voir de beaux paysages… L’Homme en marche : ensemble, voilà le thème de cette journée en forêt de Brocéliande.

Mariapolis de Ploermel : J2

L’Homme rejeté : l’autre est mon frère

« Aime Jésus crucifié en toi, dans les innombrables nuances de tes souffrances ; mais, surtout, aime-le à l’extérieur de toi, dans tes frères, tous tes frères. Si tu devais faire des préférences, aime-le dans le plus pêcheur d’entre eux, les plus misérables, les plus déguenillés, les plus repoussants, les plus abandonnés, les plus rejetés par la société,

Mariapolis de Ploermel : premier jour

L’homme revivifié : une vie transformée.

Tout un programme ! C’est ce qui est proposé à chacun de vivre aujourd’hui.

Préparé par la communauté locale d’Arny, un temps de méditation a ouvert la journée. « Quelle souffrance de penser que tant d’hommes ne vivent pas leur vie ! En fait, nous ne vivons pas parce que nous ne voyons pas. Et, si nous ne voyons pas, c’est parce que nous regardons le monde, les événements, les hommes de nos yeux à nous. Pour voir, il suffirait de poser sur toute chose, sur tout événement, sur tout homme, le regard de Dieu. Se perdre en Dieu. Le connaissant« amour», croire à son amour et raisonner à la manière des saints: ‘’Tout ce que Dieu veut et permet est pour ma sanctification.’’ Alors, joies et peines, naissances et morts, angoisses et allégresses, échecs et réussites, rencontres, connaissances, travail, maladies et chômage, guerres et fléaux, le sourire des enfants, la tendresse des mères, tout devient matière première pour notre sainteté »

Mariapolis de Ploërmel : À vos marques… prêt ?

Oui, pas de doute ! Nous sommes prêts. Peut-être pas parfaitement, mais qu’importe : « N’y a-t-il pas d’épine sans rose ? ».

Mariapolis de Ploërmel : La préparation bat son plein…

Et voilà, nous sommes tous en piste pour que tout soit prêt pour accueillir ceux qui vont converger vers Ploërmel. Se préparer à les accueillir avec le cœur.